Partir, dit-elle

Publié le par Laurence Tissot

Eh voilà. Bien arrivée à Dubaï, sous une chaleur et une humidité écrasantes (37 degrés à minuit hier, 85% d'humidité). Le temps de changer de sac, de prendre une douche, et me revoilà partie pour une nouvelle aventure.

Je m'apprête à partir pour l'aéroport.
Je dois avouer, je suis très angoissée. La tension monte. Une fois sur place (j'arrive à Bangkok à 8h du mat, 5h de décalage horaire avec la France), ça ira sûrement mieux.

Et puis une chose étrange se produit: je commence à ne plus aimer l'avion, à ne plus me sentir à l'aise, ni sereine. Ca aussi, j'espère, ça passera.

Comment vais-je gérer la solitude, l'improvisation, chercher un hôtel, les longues marches, les moissons, les imprévus, l'organisation de mon quotidien, mon argent, tout ça. On verra. C'est normal, je crois, de ressentir de l'appréhension. Je ne pars pas six mois, comme certains l'ont fait, mais c'est ma mini-aventure à moi, en solitaire.

Allez, on souffle.
A très vite tout le monde!

Commenter cet article