Pour l'Histoire

Publié le par Laurence Tissot

Un post urgent, à vif, un post de l’abominable, de l’ignominie.

 

Je m’excuse auprès de tous de mon silence, de mon manque de temps, de mon manque de réponse peut-être aussi parfois.

 

Il s’avère que mon histoire personnelle est prise dans l’Histoire, et que j’essaie de démêler, de faire face, de faire de mon mieux.

 

Certains le sauront déjà, d’autres l’apprendront, je suis passée physiquement par un mois très long, douloureux, d’infections sans fins et de malaises qui m’ont conduite aux urgences sous perfusion. Me voilà (presque) remise debout, avec une fatigue incommensurable que je dois sûrement accumuler depuis des années.

 

Dans ce fracas de santé, dans cet abandon du corps, j’essaie malgré tout de faire face à mes impératifs professionnels, à une situation légale qui se complique de jour en jour pour moi ici : plus le droit d’exercer la photographie à moins de remplir certaines conditions que je ne suis pas en mesure de remplir à l’heure actuelle.

 

Bon. On fait avec. La fatigue relaie l’inquiétude, le stress, l’incertitude, et c’est épuisée que je finis douloureusement mes journées inhumainement remplies.

 

Voici pour l’histoire. Quid de l’Histoire ? Nous assistons, et moi de très près, à une incandescence de la violence en Syrie. Quel terme s’applique au-delà de l’abominable ? Le régime se livre à un génocide pur, comme peut de nations en auront connu dans toute l’Histoire. Le peuple se fait massacrer, torturer, annihiler.

Je ne compte plus les morts, ceux que j’essaie de consoler, mes proches, les veuves, les orphelins, les martyrs, les innocents. 

Je ne peux rendre compte de tous les témoignages qui ne vous arrivent pas, je ne peux relater ce que j’entends, ce que j’apprends, ce que je vois parfois. C’est un carnage, une tuerie, un massacre.

La peur règne, la mort partout, le refus basique de toute humanité. L’accès aux soins est dénigré, meurtrier.

 

J’ai du mal à comprendre comment cela est possible. Souvent, dans ma jeune vie, je me suis butée contre l’inanité et l’absurdité de la vie. Rarement, je ne me suis sentie aussi dégoûtée de l’humanité.

Alors à mon échelle, depuis Dubai, je participe à l’organisation d’un réseau de résistance. On fait ce qu’on peut. J’aurais fait une bien piètre Lucie Aubrac. Mais telle n’est même plus la question. Les dangers que nous pouvons prendre ne sont rien comparés à la peur qui règne là-bas. Je ne sais pas comment on vit avec la peur au ventre, jour après jour après jour après jour. La torture est de mise. L’assassinat aveugle et humiliant, roi. On meurt si l’on sort acheter son pain. On meurt si l’on soigne les blessés. On meurt bombardé, shooté dans la tête, sous torture, par manque d’eau ou de médicine, on meurt sous les chars d’assaut. Ou alors, c’est notre femme qui se fait violer, égorger.

Lisez  les témoignages ci-après :

http://www.liberation.fr/monde/01012388795-si-vous-allez-a-l-hopital-on-vous-envoie-en-prison

 

 

Je suis bien trop naïve et ignorante pour comprendre les tenants et les aboutissants de la situation : je lis que Poutine veut montrer d’une main de fer qui est le chef, et qu’il décide par son véto d’asseoir son autorité en prévision des élections à venir. Je lis que le véto est brandi à l’autel de la contestation antioccidentale. Je lis que la Chine, pas peu fière de devenir une grande nation à part entière, suit le vote de la Russie pour en apporter la preuve. Ce que je lis n’importe peu. Ce que je crois non plus. Ce que je sais juste, c’est que tout être humain, quels que soient ses idéaux, ses valeurs, ses opinions, ou même les enjeux nationaux et internationaux, ne peut rester silencieux ou passif plus longtemps devant l’atrocité de la situation. Je ne peux assister au massacre de mes semblables. Le premier droit inaliénable de tout être humain est celui de vivre.

Où et comment l’homme a-t-il perdu cela en route ?  Des milliers d’entre nous n’avons plus ni même la force de nous interroger sur ces questions métaphysiques. Ce qu’il faut, c’est essayer de passer la nuit…

Commenter cet article

Paul Adama 25/11/2012 21:26

Salut Laurence,
Je viens de lire quelques lignes de votre blog. Je suis de la Côte d'ivoire, j'ai un master en Réseau et télécom. Je vous prie de bien vouloir me donner quelques conseils car j'ai bien en vie
d'immigrer dans les EAU. Merci de me répondre chere dame quand vous auriez un petit bout de temps.

jimmy 26/03/2012 15:23

Toues les guerres sont horribles mais humaine. De tout temps on a laissé certains peuples en massacrer d'autres. Qui parles encore du Ruanda, de la Bosnie, de l'Irak , de la Cote d'Ivoire? Pour ne
citer que les massacres de ces 15 dernières années.
Et puis chacun à ses petites priorités. On fait 1 minutes de silence dans toutes les écoles de France parce qu'un forcené tue 7 personnes. Mais on laisse les Syriens massacrer les leurs. Il faut
dire que 7 mort à Toulouse, "chez nous" c'est bien plus important que des milliers de morts à des milliers de kilomètres.
Courage et continus le combat. Prend garde à toi quand même.
Question santé tu sors du passe difficile alors prend soin de toi aussi.
Bisous.
Jimmy

Zeitoun Nahar 16/03/2012 04:38

http://www.youtube.com/watch?v=oGtRiCjWmr8

Zeitoun Nahar 16/03/2012 04:37

http://www.youtube.com/watch?v=oGtRiCjWmr8

laurent pom 14/02/2012 09:20

Laurence, il vaut plein de petite Lucie Aubrac comme toi pour qu'il puisse exister une autre Lucie Aubrac