Billet d'humeur international

Publié le par Laurence Tissot

 

SYRIE :

 

Une pensée, tout d’abord, aux Syriens, qui se battent sans relâche, et ce, malgré une répression aveugle, barbare et injustifiable. Et pendant ce temps-là, Madame la Marquise, la communauté internationale pointe le doigt et promet la fessée au méchant Bachar… (Pour l’anecdote, en syrien, Bachar est un paronyme de bachor, pop corn. Une chanson populaire syrienne dit : « va, petit pop corn, explose et vole »… Pour ceux qui se demandaient encore ce que signifiaient ces slogans que les manifestants crient dans la rue…)

 

UAE :

 

Les UAE reprennent du poil de la bête ; et avec le quarantième anniversaire de la création du pays, c’est l’effervescence… Partout, des portraits du Grand Schtroumph, pardon, Sheik, partout des drapeaux aux couleurs du pays, partout, le nationalisme transpire… Freud avait étudié l’importance des rites de passage dans la construction et la stabilité de l’humain. Plus freudiens, les UAE, tu meurs. On a le grand Schtroumph, pardon, le patriarche (oligarque ?), et sa bande de débiles qui suivent. Me manquent les Champs Elysées, bordel de merde…

 

FRANCE :

 

Lorsqu’on m’interroge, perplexe, sur les raisons de mon séjour prolongé aux UAE, je reste parfois coi. Mais quand je vois la politique en France, je me dis que je suis pas plus mal ici, parfois…

Pour appuyer mes propos, je cite le grand philosophe Gilles Tissot :

 

« Ici, ça va comme en novembre. On finit de payer nos impôts, les décos de noël s'accrochent aux lampadaires, y'a des chocolats plein l'entrée de Carrefour, que si t'achètes pas tu fais vraiment chier. La politique est merdique, un peu gastro en terme de résultat, et encore j'ai plus de télé ni de radio, je capte au goutte à goutte. Et ça pue la haine, l'ambition, le mensonge, l'arrivisme, la médiocrité, l'incompétence, la magouille, le fric occulte (poil au genoulte), la flatterie électorale et la promesse érectale. Ça va durer jusqu'en mai, et celui qui aura décroché le pompon élyséen (une vie pour y arriver mais ce jour-là, quel orgasme égotique !) passera son temps à expliquer qu'il peut pas faire ce qu'il a dit avant, à cause de la crise, de l'Europe technocratique, des marchés financiers, du coucou suisse de sa belle-mère, du vent qui souffle du large où que ça sent la mer de, l'océan ! de mauvais sortilèges qui s'abattent sur le monde libre, riche et mal portant. 

Du côté individu de base, quel que soit le sorcier, la recette est un peu toujours la même: avalez la purge d'un trait et mettez-vous la bouteille dans le cul, tous les jours au réveil, enlevez pour dormir. »

 

 Puis y’a pire, comme pays ! Genre l’Arabie Saoudite, où la femme vient de se voir accordée le droit de vote (allez, encore 100 ans, et elles pourront aller voter le visage à l’air…), la Corée du Nord et le Soudan… A tout peser, à bien choisir…

 

BIRMANIE :

 

Je suis venu(e), j’ai vu, j’ai vaincu… Il n’en fut pas de même pour chacun d’entre nous ! Un de mes chers amis ici s’y est rendu le mois dernier, muni de son appareil photo, de son journal de bord, et d’une idée aussi saugrenue qu’intrépide : se lancer sur la trace de ses ancêtres Birmans activistes : en deux coups de cuillère à pot, le gars s’est retrouvé en taule pour 48 heures, au milieu de la fiente, de la peur et de l’arbitraire (si ça ne se marie pas très bien grammaticalement, ça se marie encore moins bien quand on se chope la dengue et qu’on finit avec 40 degrés de fièvre, et l’incapacité musculaire totale nécessaire à la résistance requise pour échapper à toute tentative de viol…)  

Je crois que les gars l’ont relâché par pitié, sur le parvis de la prison, sans avoir confisqué son appareil photos et son journal de bord de plus de 5 ans…

Comme quoi, on sous-estime toujours d’autres choix de destinations, comme la Corée du Nord ou le Soudan…

 

TURQUIE :

 

Miam miam ! Waow ! Pffff ! Vin Diou !!!!

J’y suis partie 4 jours, mais 4 heures auraient amplement suffi à me faire fondre… Ce fut un véritable coup de cœur ! De tous les pays que j’ai pu visités, la Turquie rentre définitivement dans le top 10 ! Voire le Top 5 !

Les gens y sont serviables, accueillants, chaleureux, essayant de vous aider du mieux possible, et ce, parfois, malgré leur humble niveau d’anglais (la France devrait en tirer des leçons).

La nourriture y est succulente et variée.

Les derviches continuent de tourner, pour notre plus grand ravissement (like, seriously ???? How on earth do they not lose their balance ????)

Mais surtout, surtout, et l’Europe ferait bien de s’en mordre les doigts, c’est selon moi un des meilleurs pays en termes de tourisme, de situation géostratégique, de richesses exploitables, bref, un lieu carrefour de civilisations, où le cosmopolitisme culturel, identitaire et religieux fonctionne probablement mieux que partout ailleurs!!!! Tu parles, les mecs, ils ont l’habitude depuis le temps ! Un coup Chrétiens, un coup Musulmans, un coup un peu des deux, avec le passage des autres religions, mélangez le tout, et tin tin !!!!! Les mosquées sont à la hauteur des églises, ouvertes, sublimes, des gouttes de paradis, les églises rivalisent de magnificence….

J’ai déambulé dans un Istanbul surprenant, glamour, moderne, équipé, un Istanbul ouvert, charmant, traditionnel, romantique, un Istanbul aux mille ruelles, aux mille saveurs, au mille rumeurs, entre pêcheurs, hommes d’affaires, humbles et commerçants du souk… J’ai hâte d’y retourner, j’ai hâte de reprendre le tram, le ferry, passer de l’Asie à l’Europe en 2 minutes, j’ai hâte de monter ses ruelles escarpées, de me replonger dans la chaleur millénaire du marbre des hammams, de sentir le froid sec sous mes vêtements et de lever les yeux vers le bleu, et de ne pas savoir distinguer s’il s’agit là du ciel ou de la fameuse mosquée du même nom…

 

J’en ramène que peu de clichés, car le diagramme de mon appareil a eu la bonne idée de casser le premier jour (jour de l’Eid, férié par les Musulmans, 70 jours après la fin du Ramadan). Puis la Turquie a célébré une fête nationale, et du coup, j’ai passé 4 jours avec un appareil cassé… Vous pourriez penser que je l’avais mauvaise : moi, je dis, THANKS, GOD !!! Je m’explique : la veille de mon départ, je devais couvrir un très grand événement sportif (la finale mondiale d’un match de Polo opposant l’Argentine aux UAE. Bref, grosse commande pour moi. Des soucis de santé assez importants m’ont littéralement clouée au lit ce même jour : j’ai donc dû annuler pour la première fois de ma carrière ce shooting. Et me voilà partie en Turquie, décidée à ramener de beaux clichés, et patatras ! Mon diaphragme se casse !!! Je le fais réparer in extremis dans un labo photo de pros, l’addition est salée, mais je repars le sourire aux lèvres.... Mais pourquoi donc ???? A Dubaï, impossible de se procurer une telle pièce de rechange, pas de service photos, et je rentrais le jeudi soir à 3h du mat, et accrochez-vous bien, je couvrais le mariage de mes meilleurs amis le vendredi matin à 9h !!!! Moi, je dis, la vie est bien faite !!!

 

Bref, pardonnez le peu de photos ci-après, seules celles en zoom out de la première journée ont survécu au carnage technologique…

 

 http://www.kodakgallery.fr/ViewSlideshow.action?&localeid=fr_FR&collidparam=2039431080233.6615670522233.1321821129412

 

EDUCATION :

 

Oui, l’éducation est un pays… Un continent, même. Parfois, je ne sais plus trop où j’aborde, ni quelle langue je suis censée parler… Parfois, j’ai la tête qui tourne de la mission qui nous est impartie. J’aime mes ados, j’aime sentir les drames, les joies, les questionnements qui effleurent en eux leur maturité d’adulte. J’aime leur humour, leur candeur, leur révolte, leurs erreurs, leur promesse d’avenir. La vie devant soi. Et nous, enseignants, devons la leur offrir la plus armée possible.

Quant à la planète professeurs, je me marre : lors d’une réunion organisée par le directeur pour nous initier au niveau système de bulletins scolaires (pour ceux qui auraient quitté l’école depuis longtemps, les profs doivent rentrer leurs notes, leurs moyennes et leurs appréciations dans un logiciel prévu à cet effet), j’ai pu entendre des questions d’une pertinence redoutable : doit-on rentrer l’ensemble des notes ? Bah non, connasse, seulement celles que tu veux !!! Ah je vous jure, parfois, c’est pire ici que si c’était pas mieux ailleurs…. Ou un truc dans le genre…

  

Commenter cet article

Véronique 01/12/2011 18:27

Ouahhhhhhhhhhhhh !
Je viens de lire quelques articles de votre blog (sauf ce dernier, trop long et pas sujets qui m'intéressent pour l'instant) et ouahhhhhhhhh... quelle vie !
Je ne suis même pas sûre d'avoir bien tout compris. Selon moi, vous seriez prof de plein de disciplines en même temps et peut-être bien aussi photographe, entre autres évidemment.
Pour ma part, sans faire long, je vis tranquilement en France avec mon conjoint et mon fils de 12 ans avec lesquels je viens passer les vacances de Noël à Dubaï.
Accepteriez-vous de répondre à une longue liste de questions pour lesquelles je ne trouve de réponse nulle part ?
Espérant que oui, je vous souhaite bonne continuation (ou faut-il dire bon courage ?!).
Véronique

Yann Noirot 21/11/2011 11:53

moi, j'ai adoré tes "gouttes de paradis" :-) sachant que le paradis, ben c'est toi ;-)

doubas jimmy 21/11/2011 00:52

Y a t-il un pays sur cette planète ou la tolérance et le respect sont les maîtres mots? Certains ont des politiques désastreuses, d'autres des religions extrémistes, d'autres encore n'ont rien et
le monde continu de tourner! Est ce bien, est ce mal? Comme dirait certain, tout est relatif! Sans faire preuve de fatalisme primaire, le tout s'équilibre et tout le monde s'en contente.
J'adore les architectures, les couleurs de la Turquie.
Et puis ca fait plaisir d'avoir de tes nouvelles.
Bises.

Papounet 20/11/2011 23:04

Bien content de te voir ! Enfin, te lire, t'écouter, t'entendre nous raconter tes sentes et tes chemins de traverse.
Oui, le monde part un peu à dache; ça fait longtemps qu'on glisse mais on s'en rendait pas trop compte. Maintenant, presque chaque événement se passe au grand jour et impacte tout un chacun. Notre
marge de manoeuvre a fondu comme peau de chagrin et on se cogne au moindre mouvement. Et plus on va se débattre, plus on va se faire de bleus. Sommes-nous capables de nous maîtriser,
collectivement, ou pas, that's the question. Je suis pessimiste, car pour un bon il y a dix mauvais, et ça se joue à la quantité, l'humanité, alors...
Je vais voir tes photos.
Bizzz novembreuses de Jurassic Park
Your Pap

M1 20/11/2011 22:46

Joli ton petit texte sur la Turquie ! et les photos sont magnifiques !
Qu'est ce que t'as contre la politique de la France? c'est mon fond de commerce : ) si Sarko se casse, je ferme boutique !
Sinon en ce qui concerne la Syrie, je te rappelle que ce sont les syriens et l'opposition syrienne qui refusent toute intervention étrangère ...