Au nord d'Amsterdam

Publié le par Laurence Tissot

Dans le nord d'Amsterdam, y'a des marins qui boivent, et qui boivent et reboivent.

Dans le nord de la Thailande, il y a des Occidentaux qui boivent, et qui boivent et reboivent... Mais bon. Reprenons les choses ans l'ordre, carnet de route sous les yeux.

J'ameliore mes depenses CONSIDERABLEMENT! Preuve en est; je dors pour 2 euros depuis 4 nuits, et mange pour un 1,50 euro! Du coup, je me permets d'autres petits plaisirs: ballade a dos d'elephants, petit dejeuner occidental fait de toasts grilles avec beurre et confiture (ca coute un peu plus cher, mais j'en ai marre de bouffer du riz au pti dej!), un pantalon design thai, et surtout, je me paie un sejour de 2 jours dans la jungle, avec rafting au programme, et ballade sur bambous. Nuit dans un village typique, et trekking tout le surlendemain!!!! Et puis autre petit exces (enfin, exces, je suis en vacances quand meme merde!): je me suis payee une place pour un match de Muay Thai ce soir! Poids plumes, poids legers, champions! Je vais me regaler! Moi qui ai toujours voulu en voir un!

Dans ma serie 'je suis toujours au bon endroit au bon moment', j'ai notamment pu faire des videos de:
-d'un cortege funeraire bouddhiste avec musiciens
-d'un moine remettant en place son costume ornage (j'ai toute la technique enregistree!)
-d'ateliers de tissages traditionnels
-d'une repetition familiale d'un orchestre
-du statut et de l'hymne nationel (joue tres souvent dans les stations de bus, ou je passe pas mal de temps, tout le monde se leve pendant l'hymne national! Cocorico!)
-d'argentiers a l'oeuvre (avec le son en stereo du marteau sur le bitoniaud)
-de prieres de moines!

Hier, arrivee a Chiang Mai, deuxieme plus grosse ville de Thailande.
Contraste frappant avec mon itineraire jusqu'a present. Des Blancs, des farang, a perte de vue. Des Blancs partout. La plupart, sac a dos egalement. Tout est ecrit en anglais ici, et surtout, tout le monde parle anglais. Ou presque. Tout est fait pour le touriste: on fait la lessive (bah oui, parce qu'a force, le sac a dos, il pue le fennec!), on grave des CD (bah oui, parce que la carte memoire est vite pleine!), on fait des massages Thai partout (bah oui, parce qu'a force, on a mal au dos!), on fait es Happy Hours (bah oui, parce qu'il y a aussi des touristes venus la pour boire), on fait dans la prostitution (bah oui, parce qu'on a aussi des touristes venus la pour baiser), on fait des Guest Houses en veux-tu en voila (bah oui, parce qu'il faut bien dormir, quand meme), et surtout, surtout, on organise des trips! Des voyages, dans le texte. Des excursions, pour les bons traducteurs. Excursions nature, excursions temples, excursions meditation, excursions yoga, excursions apprendre la cuisine thai, excursiosns apprendre le massage thai, excursions sports extremes, excursions treeking, excursions elephants, excursiosn Laos, excursions Birmanie, etc. Un jour, trois nuits, une semaine, au choix. Des agences sont partout!!! Dans la rue, Dans les restos, a la reception des hotels, guest houses, etc! Impossible de ne pas se laisser seduire!

Au debut, a mon arrivee, je me suis dit: oh la la, ca sent la ville touristique a plein nez. Et je confirme, la Thailande est une destination TRES prisee par les Francais! Qui parlent toujours aussi mal l'anglais, et que j'ecoute essayer de demander quelque chose avec delectation. Je me sentais pas tres a l'aise au debut. Trop de blancs, trop piege a touristes. Puis j'ai loue un velo, comme d'hab, et j'ai commence a apprivoiser la ville. Et maintenant, j'adore! Je ne cotoie les etrangers que si j'ai envie, je peux choisir entre de la cuisine thai traditionnelle dans la petite ruelle du marche qui pue, ou un american breakfast. Tout est commode, tout est facle, sans pour autant avoir perdu soin charme. Et puis le velo, quelle invention! J'hesitais a louer un scooter, maie je ne suis toujours pas reconciliee avec les deux roues a moteur. Et puis le velo me permet de m'arreter dans des coins inattendus, de stopper pour prendre des photos exceptionnelles. Bon, a part quand je me suis pris une grosse moisson sur la gueule. La, je faisais moins la maligne. Mais bien obligee d'avancer quind meme. Entre le traffic, les gouttes sur les lunettes, la pluie battante, la chaussee mouilleee, les voitures, scooters, ca deboule e partout. Eh bien oui, mesdames et messieurs, je peux officiellement vivre ici: j'ai survecu!

Bref, Chiang Mai, avec ses pas moins de 300 temples, a un charme negalable. Elle a aussi des bars racolleurs, sa pollution, son cote touristique, mais elle emporte mon ahesion. De meme que Lampang, petite ville plus modeste au sud, ou j'ai passe une merveilleuse journee.

Jusqu'a present, mes coups de coeur sont: (les nomines sont!) Khamphaeng Phet, le site historique de Sri Satchanalai, Lopburi et son jeu du volley sans mains, et Chiang Mai, ville de jour et de nuit, de modernite et de civilisation, belle reussite de ville plurielle.

Cote sante: tres fatiguee, bizarrement. Est-ce la chaleur? Je ne fais que 7 kms a pied, et une vingtaine en velo, pas la fin du monde. Mais je dors beaucoup, je suis vannee le soir. Et j'ai tres faim aussi. Est-ce la Malarone, qui me claque? Ou juste bah, parce que je suis fatiguee? Des piqures de moustique tellement partout que j'arrive plus a voir mes jambes!  Et le deuxieme effet kiss cool est surprenant, mes boutons tournent a l'hematome! Ah, moustiques des pays chauds, quand tu nous tiens! Le moral va mieux, surement parce que j'ai parle, echange un peu, ce qui m'amene a une reflexion sur le besoin vital humain. La satisfaction des besoins vitaux suffit-elle a l'existance humaine? Est-ce qu'on peut DECEMMENT se contenter de boire, manger, et dormir? Oui, surement. Surtout si cela repond a un engagement philosophique, spirituel, religieux. Mais ce que je realise, ici, c'est que le besoin de sociabilisation, meme s'il correspond a se heurter a des cons la plupart du temps (speciale dedicace a mon papounet), est essentiel, voire necessaire. Deja, parce qu'il nous donne une place dans le monde, aussi parce qu'il nous fait exister, et enfin parce qu'interagir permet inconsciemment de se tourner vers autrui, d'exterioriser un etat, de retro-considerer ses actes, et eventuellement d'en corriger le tir. Pour parler plus direct, c'est au contact de l'autre que l'on EST. Sans l'autre, l'etat de conscience est minime, et se mord la queue. Vaste debat, que j'aurais plaisir a continuer avec ceux qui le voudront.

Ma reflexion m'a aussi conduit a un constat assez interessant; la notion d'appartenance. Nous nous sentons plus proches, a l'etranger, de nos compatriotes. Car nous partageons une langue, un systeme de valeurs, de pensee, une apprehension du monde similaires. Plus je voyage, et plus je me dis que les unions mixtes, entre deux cultures radicalement differentes, relevent du miracle. Je ne pense pas que je parierai dessus. La aussi, je developperais volontiers. Avec experiences a l'appui (pour avoir eu des copains de nationalites tres differentes...) Ce constat etant fait, je realise aussi que j'ai cesse de me lier avec autrui juste pour le besoin. Je filtre. Je ne parle pas avec des gens s'ils ne m'interessent pas. Et generalement, on sent si nous avons des atomes crochus. Je laisse tomber les Francais et autres touristes ici venus pour boire, faire la fete, et vivre a outrance ce qu'ils pensent s'etre payes le droit de vivre.

J'ai enormement de reflexions qu j'aimerais partager. Ah, la voila, peut-etre, la notion cle de l'humanite: le partage...

Bon, j'arrete mes diversions psycho.

Une petite anecdote pour la route: en visitant un enieme temple hier (le 300 000eme depuis que je suis ici), il y avait un moine en tunique en train de mediter, comme cela arrive souvent. Position du lotus oblige. Il etait impressionnant. Tout le monde s'arretait, prenait des photos, bcp de touristes se sont arretes pour mediter devant lui. Bon, j'etais crevee, je me suis arrete ausi. Parce qu'il ne scillait pas le bonhomme! Pas un clignement d'oeil, pas une deglutition, pas un sourcil qui bougeait. J'ai tenu 10 minutes, ca m'a saoulee, je suis partie. Impressionnee, mais ennuyee. Et dans la soiree, en parlant avec mon moine, je lui narre mon etonnement. Il se poele. Il s'agissait en fait d'un mannequin de cire!!! J'ai oscille entre la deception et la honte, pour finalement opter pour la deception, car j'etais pas la seule a m'etre fait couilloner. Alors moi je dis que Madame Tussaud devrait en prendre de la graine pour son musee!

J'ai appris plein de choses sur le bouddhisme, mais ca sera pour une autre fois, car mes boxeurs n'attendent que moi! (et 400 autres personnes...) 

Commenter cet article

coco 03/08/2009 18:52

Bon alors, j'ai compris, dès ton retour sur paris, au programme, il y aura la visite du musée GREVIN pour que tu puisses faire la différence entre un mannequin de cire et un vrai bonhomme...!!!
Quand même, c'est balot.

Sylvain l'imageur 22/07/2009 21:35

Chère Laurence,
Content de savoir que tu profites pleinement de cette escapade en Asie que tu appréhendais un brin.
C'est toujours un plaisir de te lire et de voyager à tes cotés...
Je t'embrasse, Sylvain