Effroi

Publié le par Laurence Tissot


J'aurais aimé écrire sur ce blog en d'autres circonstances.


A mon retour de France, où j'ai rejoint les miens pour dire aurevoir à ma mamie d'amour, j'apprends une autre terrible nouvelle:

une de mes amies ici a été sauvagement poignardée. Son corps a été retrouvé dans sa voiture, vendredi après-midi, sur le parking d'un centre commercial. Je suis particulèrement choquée par ce drame, car j'ai petit déjeuné avec elle l'avant-veille de mon retour sur Paris, et parce que cela va faire presque un an qu'on s'entraîne tous les jours ensemble. Nous fréquentons le même club de gym, les mêmes classes, et c'est d'ailleurs à la sortie de Fitness First d'Ibn Battuta, un des centres commerciaux les plus fréqeuntés les vendredi, que l'agression a eu lieu. En plein après-midi.
Bon, je ne m'étalerais pas. J'ai besoin d'un peu de temps pour digérer tout cela.

Que je rassure mes proches: Dubai reste malgré tout un endroit très très sûr, où ce genre de violence n'arrive que très rarement. Simplement, quand cela arrive à quelqu'un de proche, on douille.


Je reprends cet article publié il y a de cela quelques heures. Car je suis allée courir, comme pour exorciser, comme pour tenter de comprendre, de faire mien ce qui s'est passé. Qu'est-ce qui différencie cette jeune femme de moi? Nous assistons aux mêmes classes, au même endroit, garons notre voiture au même endroit, nous habillons dans les mêmes vêtements.

Ce qu'il y a de terrible dans cet acte, mis à part le fait qu'il nous renvoie à notre propre mort et au caractère ténu et vain de l'existence, c'est surtout qu'il relève de la barbarie humaine. Il réveille ce qu'il y a de plus animal, de plus barbare en nous. Et je refuse, à toute échelle, quelles que soient les lieux, les manières, les excuses, de me plier à l'insoutenable barbarie humaine.

Et quoi de plus barbare que de poignarder quelqu'un? J'essaie de chasser les images qui me viennent en tête, j'essaie d'exprimer l'effroi, mais il n'y a rien d'autre qu'une profonde angoisse, une horreur, un effroi.
La mort a cela de bien qu'on peut toujours compter dessus. J'en suis convaincue. Quand elle est naturelle, elle est acceptable. Je n'ai pas dit facile à vivre, mais envisageable. Elle fait partie d'un cercle. Mais lorsqu'elle est effroyable, perpétrée par un humain contre un humain, de surcroît innocent, je hurle et me déchire. Et là, je perds pieds.

Commenter cet article

cath 07/03/2009 10:38

Laurence, toute ma sympathique, je sais que tu es forte mais fais gaffe à toi

jimmy 05/03/2009 19:16

les jours, les evenement se suivent et ne se resemble vraiment pas. On rie, on pleur et tout ca nous fait grandir, murire, avancer. La bassesse est partout, alors prend garde a toi stp. Une tres grosse pensee pour toi avec tout mon soutien.

david 04/03/2009 21:11

Il y a des séries noires qui font bien mal... Je t'envoie tout mon soutien et tout mon amour, et te souhaite de ne pas te laisser trop ébranler par les derniers évènements. Tu peux m'appeller quand tu veux, quand tu as besoin ou juste comme ça. Je t'aime grande soeur. Je t'embrasse

Papounet 04/03/2009 20:19

Je pense à toi, ma Zouz, dans cette purée-mélasse, barbarie totale, sauvagerie humaine.
Et tu veux aller traîner tes savates en Afghanistan, où ce genre de faits divers est quotidien, entre une bombe qui déchiquète des corps sur une place de marché et un kidnapping avec décapitation ?
Il y a d'autres moyens et d'autres endroits pour devenir fou et mourir dans la douleur.
Sans pour autant ignorer toute la violence du monde, car les hommes sont partout.
Je t'embrasse.
Take care of yourself. Nobody will do instead of you.
Your papours

Duc' 04/03/2009 15:21

Waow!
Les poils se sont dressés sur ma peau à la lecture de ton message.
J'espère que tu vas affronter cette enième épreuve avec le même courage qu'à l'accoutumée.
Tu sais que "je suis là",n'hésites jamais jamais jamais Lau.
Je te fais plein de bisous choubidous pour t'offrir un peu de douceur et de tendresse dans ce monde à la con.