Dubai face à la crise

Publié le par Laurence Tissot

Non, en effet, Dubai n'échappe pas à la crise. Je dirai même que c'est l'un des rares pays touché de plein fouet qui refuse de faire face à la situation. Et pourtant... Et pourtant, ça sent le roussi. Serait-ce le début de la fin du rêve sorti de terre? Je ris un peu sous mon manteau, car il était évident qu'à vouloir construire un chateau de cartes plus haut que le ciel sur des plages de désert, cela allait bien finir par s'écrouler.
En quoi cela se ressent-il? Les licenciements à la pelle déjà. Des milliers et des milliers d'ouvriers, notamment dans le bâtiment sont gentiment renvoyés chez eux. A tel point que les compagnies aériennes prévoient des vols supplémentaires vers l'Inde, notamment, pour ramner tous ces pauvres malheureux qui retournent chez eux la queue entre les jambes. Les licenciements ne touchnt pas seulement les ouvriers, mais beaucoup d'ingénieurs, et énormément d'"expats" (on appelle "expats" ici les personnes blanches venues d'Amérique du Nord, d'Australie, d'Angleterre, notamment, attirés par des salaires et des conditions astronomiques). Beaucoup d'expats perdent donc leur emploi, et rentrent avec leur famille chez eux. Ils abandonnent leur voiture de location à l'aéroport, ce qui devient un réel problème organisationnel et économique: l'aéroport est pris d'assaut par des voitures laissées à l'abandon, les écoles perdent leur effectif, les principales sources d'argent repartent avec eux. D'ici septembre, on estime qu'entre 15 et 25% de la population d'expats aura quitté le pays. Et cela va créé une grande faille dans le système socio-économique. Quant à ceux qui restent, ils ralentissent leur train de vie de manière tellement considérable que tout le système dubaïote s'écroule. Et puis les gens déchantent. La vie est devenue très chère ici. Les prix ont subi une escalade sans précédent, notamment au niveau de l'alimentation. Et de moins en moins les gens sont prêts à venir installer leur famille dans cet univers qui s'avère être invivable, artificiel, sans âme.
Du coup, difficile de savoir quelle est la population ici. A titre d'exemple, plus de 1500 visas sont annulés chaque jour!
Il ne fait pas bon vivre sous le soleil dernièrement...

Commenter cet article

jimmy 08/02/2009 02:46

je comprend maintenant la pub d'emirates pour venir passer des vacances de reve dans l'aeroport de dubai. Mais toi (la famille chez qui tu vis) es tu touché directement?
A part ca est ce que tu t'en sort? Ton boulot, ton sport, tes etudes, tes visites, ton repos, tes rencontres.....?

Alvaro 07/02/2009 21:16

¡¡C'est très interesant!!
¿¿Quién te habrá dado la idea y la inspiración??jeje
Besos

cath 06/02/2009 20:20

bonsoir Laurence,
les rêves de superlatifs en tous genres de Dubaï s'écroulent ? cela sentait un peu le paradis surfait et ce sont les pauvres gens, travailleurs de l'ombre et des conditions précaires qui vont en pâtir le plus et leurs familles ... Que va faire ta famille au milieu de ce marasme ? Bon, on aura peut-être un blog " Laurence de retour à NY" ? En tout cas, très contente de te lire, c'est chaque fois riche en anecdotes, qui vont de la coccasserie à l'analyse économique. Bonne chance, Laurence