Les Hamptons

Publié le par Laurence Tissot

J'en arrive à mon nouveau lieu de résidence. Après un déménagement olé olé, plus de 14 valises, une glacière, les jouets, les chaussures, les bidules, les trucs muches, les machins chouettes, mon super Suburban Cherokee rempli à ras bort, les vélos à l'arrière, les minettes attachées entre des piles de livres et de la nourriture, c'était parti pour 4 heures de route direction Long Island, les Hamptons, ville de Southampton. Et là, merde! l'aspirateur, j'ai oublié de l'éteindre!

Un changement qui a du bon, puisque je me trouve juste au paradis. Enfin, tout est relatif... Je me trouve au paradis des riches. Belles voitures, belles allées, belles demeures, ou plutôt beaux châteaux. Tout est impeccable, propre, beau asseptisé. Les plages sont belles, pas de Bidochons en sandales avec parasol sous le bras, les voitures sont toutes reluisantes, hors de prix, à l'instar de tout ce qui se vend ici. Les magasins sont proprets, les vendeusses proprettes, les marchands de glace te vendent du caviar en cône. Les rues sont si belles, les feux tricolores aussi, tout est fleuri, soigné, entretenu , carré. C'est le règne du parfait. C'est le règne du m'as-tu vu? Mais aussi et surtout le règne de la superficialité. Mais comme me l'a très justement souligné Valére, mon jugement est hâtif, et je ne sais pas ce qui se cache au fond de leur coeur. Elle a raison, je me contente d'admirer de loin, de très loin, des villas et des propriétés dignes de manuels d'archi, de déco intérieure, avec des jardins immenses, des pontons donnant sur la plage, des pistes d'hélicoptère perso. Mais ce qui me choque le plus, enfin, ce que je remarque le plus, ce sont les femmes. Elles sont toutes MA-GNI-FI-QUES. En parfaite santé, athlétiques, souriantes, impeccables jusqu'au bout des ongles. Toutes refaites quelque part, toutes maigres mais musclées, toutes arrangées, massagées, entraînées, aidées, au régime. Alors oui, je juge un peu vite. Mais tant de perfection réveille en moi un soupçon de rébellion des bas-fonds.

Du coup, je passe pour la Cendrillon de service, moi, je sue quand je fais du sport, j'ai pas un beau vélo, j'ai pas de lunettes Gucci, et j me suis pas refaire les seins. Le boulet. Dans la salle de sport où je suis inscrite, j'ai eu droit à ma séance de chiropracteur, de nutritionniste, de personal trainer. Le premier m'a prescrit 2 séances par semaine, le deuxième des vitamines et des compléments alimentaires, le dernier me pousse, vu mes capacités, à m'entrâiner sérieusement 3 fois par semaine. Montant de la facture: 800 dollars/semaine. Sans rien me demander. J'ai laissé faire, juste parce qu'ils m'ont prise pour l'une des leurs. On parle pas de prix. Ca va de soi que si on est là, c'est qu'on peut aligner les billets, et ça ne viendrait à l'idée de personne que je ne peux pas me permettre cela. Alors depuis, j'annule mes rendez-vous un par un, je rends les vitamines. Bref, j'esquive. Mais c'est instructif.

Bon, je profite de belles plages, d'un environnement très agréable, je ne peux pas me plaindre. Je constate. Mes balades en vélo me permettent d'en voir beaucoup. Malheureusement, difficilement accessible, pas de photos possibles, car toutes les propriétés sont cachées derrière des haies taillées à la perfection pour juste laisser deviner qu'il y a de l'argent.

Une forte population hispanophone encore. Et beaucoup d'Indiens. J'y reviendrai dans mon prochain article.

Petit aperçu de certaines propriétés que j'ai pu photographiées:
         

PS: et pap, patate, la perspective fait que tu crois que ma voiture est mal garée, mais non, elle était bien avancée!
Et merci pour ton explication sur les canards WC!
La réponse à ta question sur la voiture est contenue dans l'article. Mais pour info, un plein tourne autour de 100 dollars. Ok?

PS2: La personne qui m'a laissé un commentaire sur Paris-Dubai-l'Amérique est gentiment priée de me laisser une adresse email où le contacter... Sans quoi, ça va être dur d'échanger!

Commenter cet article

coco 23/08/2008 16:34

Alors voilà, après 8 jours passés sur la Côte d'Azur à se faire dorer la pilule, me voici de retour sur ton blog pour prendre quelques nouvelles et surtout faire un ou 2 commentaires concernant tes aventures, toujours croustillantes bien entendu...
Pense à respirer à la fin de cette phrase si longue que je viens d'écrire!
Je vois que pour toi l'expérience américaine se poursuit avec quelques airs de SUPER NANNY, SUPER WOMAN et UNE NOUNOU D'ENFER!!!Vraiment, tu nous épateras toujours.
Oh fait, t'aurais pas la possibilité de photographier quelques beaux gosses américains, histoire de voir un peu...?
Bon sur ce, bonne continuation.

jl 11/08/2008 10:57

tu continue ton enquète anthropologique auprès des riches... bien bien. Ce qui me gène un peu dans ces ghettos de riches c'est de savoir que ces gens là ont un pouvoir de décision tel que leur méconnaissance du monde "réel" n'en ai que plus inquiètante.

femmes magnifiques? elles sont pas un peu toutes pareilles avec leur même chirurgien?
Je vais étre très méchant mais ce kitsch hollywodien bling bling, cela ne vaut pas les demeures de nos aristos européens... nous n'avons pas les mêmes valeurs.

continue ta mission auprès de ces "sauvages" et gare aux cannibales!

Papounet 10/08/2008 20:01

Coucou, ma Zouuuuuz !
J'ai bien vu que tu l'avais correctement garé, ton porte-avions. En réalité, c'est la ligne de peinture qui fait pas la longueur.
Bon. Pis ton truc, c'est une Chevrolet Suburban. Cherokee, c'est Jeep. Un Suburban Cherokee, c'est comme si t'avais une Citroën Mégane, à moins de l'avoir fabriquée toi-même, tu risques pas d'en voir beaucoup. Le plein de 100 dollars, ça fait combien de litres ? Moi je mets 100 euros dans ma Pigeôt, mais au prix où est kérozène ici, ça fait pas 70 litres.
Les maisons sont sympas, je connais personne ici qui refuserait d'y passer quelques temps, voire d'y vivre tout le temps. Superbes constructions, dont le style mélo-néo-moderne-contemporain pourrait être qualifié de style friqué, la première caractéristique étant le volume, qu'on devine important, la deuxième une qualité de construction irréprochable, quels que soient les modèles dont elles sont inspirées.
Les salles de sport à 800 dollars la semaine plus les frais annexes, laisse tomber. Le vélo, ça remplace tout. Tu fais 50 bornes en pédalant, et tu rentres à pied en le portant sur l'épaule. Quelques coups de pompes dedans de temps en temps, histoire de maintenir la pression, d'air pour les pneux et d'adrénaline pour ton coeur, et ça roule...
Ah, les autres choses MA-GNI-FI-QUES qui embellissent le paysage, on peut pas avoir des photos ? C'est juste pour se faire une idée des particularités locales, de la flore, de la faune... Curiosité uniquement ethnologique, tu t'en doutes.
Bisous