Et le moral, dans tout ça?

Publié le par Laurence Tissot

D’abord, merci de vous enquérir de ma santé. Effectivement, je suis passée par une phase très dure, entre le manque de sommeil (pas résolu, voire même méchte tendanceà s'aggraver puisue je suis passée à 4h/nuit !), ma relation très problématique à la nourriture, le manque de temps pour moi, et il faut bien l’avouer, le moral un peu dans les chaussettes. 
Eh bien aujourd’hui, je peux vraiment dire que je me sens heureuse. Ma relation avec les filles s’est arrangée, je fais du sport chaque jour, avec quelqu’un qui me pousse à l'extrême, très compétnt, mais surtout, j’ai enfin tissé un réseau de relations sociales et amicales qui me réjouit et m’emplit de paix. 

Koweitiens, Suédois, Philippinais, Espagnols surtout. Peu importe, tous partagent ma soif des voyages, mon envie de bouger, mes soifs de mille vies. Je parle toutes les langues, m’enrichit de chaque conversation, redécouvre les infinités de mon être, mes quêtes d’ailleurs. Parlons, échangeons, jusqu’à 4 heures du matin, je sens que je vibre à nouveau, corde de violoncelle dans un orchestre international. 
Bribes de conversation : 
j’interroge Jesse, mon entraîneur Philippinais, avec qui je m’entends super bien (pour l’anecdote, a vécu en Afrique du Sud, et parle couramment le japonais, ex-danseur professionnel, ex thérapeutiste pour grands accidentés de la route), sur son comportement avec moi, que je trouve distant, il me dit que je suis une femme blanche, et qu’il porte encore en lui les séquelles du racisme, qu’il se souvient, petit, des bus où les blancs étaient assis devant, les autres plus loin. Être à mes côtés dans un lieu public lui est difficile. On va travailler sur cela. Première claque.
Je débats avec Mohamed, égyptien, enseignant d’histoire dans une école arabe, sur la linguistique et la phonétique américaine/anglaise, sur la part d’acquis et d’inné dans une langue, sur Allah. On n’est pas d’accord. J’adore.
J’écoute attentivement Nidal, koweitien d’origine, ayant vécu en Afrique du Sud, puis à Malte, me parler de la guerre du Koweit, qu’il a vécu, et de la guerre en Palestine, dans laquelle il s’est également retrouvé embarqué alors qu’il s’y trouvait avec toute sa famille en vacances.
Je pleure pour Kata, Sri Lankais aux allures de géant, me parler du Tsunami qui a ravagé tout ce qu’il avait et a semé la mort parmi ses amis les plus proches.
J’admire Melinda et Yolanda, nos nouvelles femmes de ménage, qui travaillent sans jour de repos, ne veulent pas toucher leur salaire pour en envoyer l’intégralité à leur famille.
Je ris avec Alvaro (en photo ci-dessous), Fernando, Rafa, sur les accents des Français, sur les différences entre nos deux pays, sur l’accent de Grenade, je parle de la Gran Via, de la calle de las Teterias, de l’Alhambra, ils ne reviennent pas de mon accent impeccable, nous parlons de l’Espagne à Dubai, j’y suis encore, comme partout.
Je me triture la cervelle avec Nestor, espagnol, architecte, sur ma traduction de mon traité d’archi, pour laquelle il a accepté de m’aider.
 
Le monde se déploie à moi à travers eux, je prends conscience de tout ce que je suis, de ce qui me forge, de ce qui nous sépare et nous rapproche des autres, de la chance qui est la mienne, de cet avenir que je veux pluriculturel, pluriuniversel, polyglotte. A eux tous, merci. 

DSC00619.JPG

Commenter cet article

Hug 23/01/2008 10:03

C'est cool, je suis ravi que tu te trouves et te retrouves à travers ses rencontres, est-ce à dire que les déracinés d'un mois ou d'une vie sont faits pour être ensemble ?
Gros bisous ma lolita

jl 21/01/2008 21:09

ravissante épanouie.... cela fait plaisir à voir

duc 21/01/2008 10:58

Comme tu es belle! Le bonheur te va si bien!
Pas facile de te voir si épanouie, si rayonnante dans une vie ou je n'ai pas ma place, mais c'est ton bonheur qui compte avant toute chose, alors je partage l'enthousiasme de tous et me régale (avc une pointe d'amertume quand même)de tes péripéties dubaiotes.

papounet 20/01/2008 19:35

Que des bonnes nouvelles, donc !
Ça s'arrange avec les choupinettes, il ne pleut plus dans la maison, tu rencontres des gens de partout, t'as pas cassé de bagnole depuis plusieurs jours, et tu te sens vivre. Fais juste gaffe qu'à pas dormir assez, tu vas te refoutre par terre méchamment, et t'es pas payée pour être malade, non mais sans blague !
Alvaro ressemble à José Garcia, et toi à une pub Wonderbra+L'Oréal mâtinée "Party on Fashin T.V.", mais au moins t'as le sourire, ça fait bien plaisir.
Eh bien donc, continue ! Persévère ! Ensable-toi jusqu'aux oreilles, apprends l'arabe local, le chameau international, l'anglais-du-monde-entier-sauf-de-l'Angleterre, et raconte-nous tout ça en long en large et en travers, c'est toujours du soleil qui nous réchauffe.
On t'embrasse
PapCat

coco 20/01/2008 18:17

Hola!Qué tal? Que pasa en este pais? Bon bah comme tu le remarques, j'essaie moi aussi de parfaire une langue mais toute seule ou avec Fred (qui ne dit que Bonjour et Aurevoir)et en plus de cela, en France: c'est pas gagné! En tout cas, je t'envie ces découvertes, ces richesses notamment humaines et je te félicite une nouvelle fois pour avoir su prendre cette décision. C'est une bien belle expérience....En plus de cela, tu nous les fais tellement vivre de manière authentique que tu me donnerais presque l'envie d'en faire autant: à méditer.....(c'est un appel pour Fred).
Bon j'arrête les fleurs et les sympathies (à la longue, on se fait chier) mais je suis ravie de te voir si épanouie. Profites bien et plein de bises made in FRANCE!