Day 1

Publié le par Laurence Tissot

Day 1

 

Le lendemain de mon arrivée, levée 7h à cause des filles, et Andy qui me propose gentiment, à jeun : Ready for a run ? Et moi, pour pas décevoir, « Sure ! » Ah la la, quelle erreur ! 7h40, partis pour un jogging mortel dans leur forêt privée (pour ceux qui connaissent, à peu près l’équivalent du Bois des Hâtes à St-Avertin, pour ceux qui ne connaissent pas, environ 450 hectares si j’ai bien compris, et pour ceux à qui ça ne parle pas, eh bien, ils ont des Range Rover pour faire le tour de la propriété, qui comporte des cascades –d’ailleurs ils vendent leur eau de source–, des collines, des kilomètres et des kilomètres de forêt à perte de vue). Le jogging aurait pu bien se passer, si je n’avais pas un décalage horaire dans la gueule, s’il n’était pas 7h40 du matin, si je n’avais pas été à jeun, et s’il n’y avait pas eu de pentes et de côtes à plus de 45 degrés. J’ai donc donné tout ce que j’avais, mais j’ai mouru quand même. Mais c’est pas grave : j’ai vu des ours ! Maman ours et bébé ours ! Enfin, entre la buée de mes lunettes et ma crise cardiaque… Ce qui n’a visiblement pas suffi à Andy, puisqu’il est reparti 2 fois dans la journée for a run. Même pas complexée !

Bon, ça, c’est pour l’anecdote ; mais je n’ai que des anecdotes ! la maison, un vrai palace, 6 chambres toutes équipées de salle de bains, 4 salons, une cheminée en pierre, un piano, une cuisine américaine avec du frigo qui fait de la glace, un sous-sol où l’on stocke le Coke Diet (pour la bonne conscience), des écrans LCD dans toutes les pièces, un écran géant dans le salon, 2 lave-vaisselles valent mieux qu’un, et en prime, une autre maison à quelques 20 mètres de là, derrière la piscine et le lac pour faire du patin l’hiver, une maison, disais-je, only for the guests. Voilà. Ah non, j’oubliais : un parc pour les gamines, une balançoire géante avec mur d’escalade, et bien sûr, un court de tennis !

Je ne rentrerais pas dans le détail de ce que je ressens ici, car mes sentiments sont très complexes. Je me contenterais donc d’énoncer quelques détails croustillants, ce qui fera sûrement rire tout le monde, et ce qui me fera rire moi aussi.

Petit dej : vers 9h, du bacon frit plein d’huile, et des French toasts (sorte de pain perdu dégueu). Je commence à comprendre pourquoi les Ricains sont obèses. On boit du Coke diet all day long, mais c’est Diet, alors on peut y aller. Et sinon, du Canada Dry. Ici, personne ne mange ensemble. Chacun chipe des trucs dans le frigo quand il a faim. Les filles prennent un lunch vers 13h, des hot dogs, du pain avec du beurre de cacahuète (Françaises, Français, ne regrettez rien, c’est absolument immonde !), et quelques blueberries pour les fruits. Mais on ne se met pas à table. On bouffe des trucs dégueus, et on aime ça ! J’avais libre accès au frigo. J’ai vu du ham, mais je crois que je n’ai pas réussi à séparer l’espèce de truc rose trempé du plastique dans lequel il a macéré. J’ai abandonné le ham, cette valeur sûre… Le soir : resto à 9, 380 dollars, climb climb par ici la monnaie ! Je me suis fait plaisir, j’ai mangé mon premier vrai repas (c’était un resto italien, hi hi !) Par contre, conseil : si vous demandez un Ice Tea, on ne va pas vous servir un Ice Tea pêche à la française, mais un vrai thé glacé dans lequel tu dois rajouter 4 tonnes de sucre pas sucré pour que ça aie du goût. Non, je suis critique, pour une fois que c’est pas un truc tout préparé !

 

Commenter cet article

Christian 05/12/2007 19:30

Je sens que t uvas bien apprecié nos resto a Dubaï attention au porte feuille de monsieur.
Tdevrais peut etre lui demandé un cuisto francais je suis sur qu'il n'est plu a cela prêt...