10 000 moines (Chiang Mai, nord Thailande)

Publié le par Laurence Tissot

Il est 06H09 ce 28 novembre à Chiang Mai, ville du nord de la Thailande, appréciée pour son art de vivre.
Aujourd'hui la ville célèbre les 10 000 alms offering. Une célébration placée sous le signe de la religion, de l'offrande. Toute la population s'est réunie sur presque deux kilomètres de long, pour offrir en échange de bénédictions, nourriture et biens hygiéniques de base (savon, lessive, dentifrice...) à 10 000 moines. C'est jour de recueillement. Mais surtout, pour nous autres Occidentaux, c'est jour d'étonnement.

Imaginez la scène: 10 000 moines, assis par rangées de 15, sur plus d'un kilomètre de long (1 kilomètre!!), en tuniques saisissantes, priant, recueillis, pieds nus, mirandole de couleurs... Après une longue prière de près d'une heure, ils se lèveront tous, avec les premiers rayons du soleil, et iront en file ordonnée et silencieuse, munis de leur patta (gros bol généralement en cuivre, dans lequel ils recueillent la nourriture), parmi les civils et les militaires, récolter la nourriture, qu'ils reverseront dans de grands sacs plastique par pure charité, afin de la réutiliser et de la redistribuer également parmi les différentes communautés.

Pour rappel: les moines bouddhistes ne sont pas des mendiants au sens classique du terme car un code de conduite strict régit leur tournée de recueil de nourriture (le dapaata) et la façon dont ils reçoivent les dons en général. Ils ne sont pas autorisés (là encore en théorie, mais j'ai vu des moines aller retirer de l'argent au distributeur automatique...) à utiliser de l’argent et ne peuvent manger que ce qui est offert ; ils ne peuvent pas faire du bruit, crier ou chanter pour attirer l’attention ; ils marchent pieds nus et silencieusement (dans le cas des moines méditants, ayant présent à l’esprit le sujet de méditation), et acceptent tout ce qui leur est offert comme nourriture, l’important étant l’attitude d’esprit au moment du don ; la nourriture est considérée comme un médicament permettant à la continuité esprit/corps de se maintenir.

Quel rapport avec les militaires, me direz-vous? Eh bien les militaires, comme la grande majorité de la population sont d'indécrottables croyants, et ils participent ainsi à l'"effort de guerre", si je peux m'exprimer ainsi, en assurant la collecte des denrées alimentaires, le stockage et la redistribution... 

Quel spectacle étonnant: bercés par les prières bouddhistes, ces milliers d'hommes en file indienne, avec une population à genoux leur remplissant leurs bols, avec les militaires au milieu... 

Pas sûre que le concept prenne en Occident...

LEs photos que vous verrez ci-après ne sont pas des chefs-d'oeuvre photographiques, nous en conviendrons tous, il s'agit juste de montrer un peu à quoi ça ressemble...

 
http://www.kodakgallery.fr/ViewSlideshow.action?&localeid=fr_FR&collidparam=2039431080233.9921675811233.1260203541542


(photo aimablement cédée par Olivier Sabourdy. Merci!)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jimmy 16/12/2009 01:33


y a t il une signification aux différence de couleur de leur tunique? Ou peut être est ce une sorte de hiérarchie? Il est vrai que ca aurai du mal à fonctionner en Occident, même si les JMC
rassemble, me semble t il, beaucoup plus de monde. Mais dans un autre genre...


coco 10/12/2009 21:17


Qu'est ce qu'ils ont dans les mains? Ils s'apprêtent à faire une partie de bowling ou quoi?....